Si seulement les Incas avaient utilisé leur DIF….

Quelle doit être la place de la formation – initiale dans son rôle d’éducation, et continue quand elle s’adresse aux adultes – dans notre société, et plus précisément dans notre Economie Européenne ? La formation peut elle exercer une fonction Cardinale dans notre compétitivité ?

La civilisation Inca a été pendant son existence de seulement quelques centaines d’années, une société puissante, hiérarchisée  organisée et structurée.
Administrative, comptable, agricole, conquérante… Elle affectionnait aussi les sciences et notamment l’architecture, la médecine…

A l’inverse, la particularité de la société Inca réside dans le fait, assez rare et très singulier, qu’elle ne connaissait pas … l’Ecriture….

Or, sans écriture, la transmission du savoir peut dans les faits exister, mais de façon empirique, donc mécaniquement et uniquement à l’oral ou dans l’apprentissage de techniques…
En découle un système éducatif qui, s’il existe bel et bien, reste éphémère, il ne s’inscrit pas dans la durée. L’absence d’écriture l’empêche d’assurer aux Savoirs une pérennité à long terme car sa substance se dissout, se tronque, s’étiole, s’oublie….
Une civilisation sans mémoire, sans avenir….

Comment assurer dans le temps la continuité des savoirs acquis, des compétences, la pérennité de son propre modèle, la pérennité de sa propre entité ?
Peut on assurer une protection contre les menaces extérieures sans transmission des savoirs, sans Formation ?

Dans le cas de la civilisation Inca, le défaut de connaissance de l’écriture, et la quasi absence de système éducatif (qui était uniquement réservé aux descendants des Empereurs et aux Élites)  a peut être contribué – mais il y a aussi d’autres raisons mais ce n’est pas ici notre propos – à une funeste conséquence : sa disparition.

Faute de pouvoir écrire et enseigner sur le long terme, les Incas n’ont peut être pas su inculquer de génération en génération  la stratégie, les techniques, la fabrication d’outils et  l’art de la guerre, tous restés embryonnaires.
C’est ainsi qu’une fois débarqués, quelques centaines de conquistadors Espagnols à seulement, formés, entraînés, casqués, maîtrisant parfaitement leurs outils – leurs armes évoluées et chevaux –  ont eu raison en peu de temps de centaines de milliers d’Incas, bien mal armés  pour résister à cette invasion, mettant ainsi fin à cette civilisation.

Cette parabole, n’a évidemment pas la prétention de tirer des leçons grandiloquentes de l’histoire, et encore moins l’outrecuidance de vouloir affirmer que la non connaissance de l’écriture et la quasi absence de réel système éducatif a provoqué la disparition d’un Empire jusque là puissant, il y a bien sûr d’autres raisons. D’ailleurs sans l’écriture, aurions nous au XXI ème siècle accès à la Bible et l’église serait elle ce qu’elle est ?

Dans une  une élucubration intellectuelle hasardeuse et assumée, autorisons nous un  raccourci rapide entre civilisation et marchés économiques, invasion guerrière et importation, Savoirs et compétitivité .
Si l’on considère la compétition économique mondiale, le déclin d’économies historiquement fortes, généralement Occidentales et plutôt de l’hémisphère Nord, et la proéminence de pays émergents, force est de constater que les équilibres et les rapports de forces d’hier ne sont plus ceux d’aujourd’hui.

Est ce qu’une partie – et une partie seulement – de la réponse à apporter à une compétition toujours plus acerbe, à une menace sur nos économies Européennes, ne peut pas venir du maintien voire du renforcement de notre système de formation ?
On peut se laisser aller  à penser que grâce à un système d’éducation initiale efficace et adapté aux besoins des entreprises et de l’économie, et à un système performant, voir renforcé de Formation Continue tout au long de la vie il serait possible de faire face à l’arrivée massive de conquistadors Chinois, Indiens ou brésiliens sur nos marchés…

Dans l’actualité politique de cet automne 2012, le mot d’ordre, que l’on parle de choc ou de pacte peu importe, est Compétitivité. Le tout récent rapport Gallois estime que  » l’éducation est  à la base de la compétitivité d’un pays et mérite une priorité absolue ». Claude LELIEVRE nous livre sur son Blog sur MEDIAPART quelques morceaux choisis.
Une mesure étudiée parmi d’autres allant dans la continuité du DIF , déjà envisagée par le dernier gouvernement SARKOZY propose d’instaurer un Compte Individuel de Formation.

La formation initiale et continue, dans une période économique difficile, et avant une reprise espérée de la croissance, est sans doute un des leviers de compétence pour le salarié, et de productivité pour l’entreprise, donc de compétitivité pour la France et pour l’Europe.
Et si l’objectif n’est pas atteint dès demain, ou s’il n’est atteint qu’en partie, peut être qu’à défaut de compétitivité de nos produits et services à l’export, il participera à rendre l’Europe attractive de part ses compétences, et attirera des capitaux, contribuant à créer ou préserver sur notre sol des emplois.

Aujourd’hui, on sait assez peu de choses sur les Incas, faute de transmission par l’écriture. Les seules informations dont nous disposons sont des témoignages des conquistadors Espagnols et des résultats des fouilles archéologiques.
A l’inverse des Incas qui vivèrent quelques centaines d’années, les Mayas, et c’est là une différence majeure, savaient écrire. Leur civilisation a perduré environ 3000 ans, et leurs écrits sont parvenus jusqu’à nous.

La Connaissance, et sa transmission par l’éducation et la formation peuvent peut être, nous l’avons vu au travers des incas et des Mayas, être à l’origine de la destinée d’une civilisation, ou d’une Economie.

Mais la Connaissance et le Savoir, sont ils pour autant gage de Vérité et d’Absolu  ?
Connaître rime t il avec  savoir ??
La véracité de la prédiction du calendrier Maya nous annonçant la fin de notre monde pour le 21 décembre prochain nous le dira … OU pas …

 

 

 


							
						

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. charles dit :

    Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *